Guide: rouler à vélo sous la pluie

Guide: rouler à vélo sous la pluie

Aucun doute : le vélo est le plus beau moyen de transport. Le vélo est surtout agréable par temps chaud et ensoleillé – mais quand il pleut, plusieurs problèmes se posent soudainement : comment arriver, sec, à ma destination ? À quoi dois-je faire particulièrement attention quand je roule sous la pluie ? Comment m’assurer que mon vélo ne s’abîmera pas une fois mouillé ? Et enfin, le vélo est-il un bon moyen pour se rendre au travail même quand il pleut ? Heureusement, il existe des réponses très simples à toutes ces questions. Dans ce guide, nous vous présenterons les vêtements, les accessoires et les techniques qui vous aideront à atteindre votre destination confortablement sur votre vélo, même quand il pleut à verse.

Le vélo sous la pluie – Informations générales

Les garde-boue – La protection contre la pluie la plus efficace

La pluie en elle-même n’est souvent pas un problème lorsque l’on roule par mauvais temps ; les éclaboussures d’eau provenant de la route sont beaucoup plus gênantes parce qu’elles se mélangent à d’autres déchets qui jonchent le sol. L’huile, le sable et les feuilles non seulement laissent de vilaines taches sur les vêtements, mais elles recouvrent aussi le vélo d’une couche de saleté. C’est laid, cela peut nuire à la transmission, et cela peut même raccourcir la durée de vie du cadre et des pièces. L’eau projetée par les pneus éclabousse aussi directement vos pieds, ce qui n’est évidemment pas très agréable. Les garde-boue, en particulier les modèles avec une « bavette » supplémentaire à l’extrémité, sont une solution très efficace. Heureusement, presque tous les vélos de ville et de loisirs en sont déjà équipés, c’est déjà un souci de moins.

garde boue velo

Il est aussi généralement assez simple d’équiper de garde-boue les VTT, particulièrement quand utilisés sur route. Beaucoup de cadres ont déjà des œillets de garde-boue dans ce but, sinon vous pouvez acheter l’un des nombreux modèles de garde-boue clipsables.

Sur les VTT tout suspendus, il est plus difficile de fixer des garde-boue à cause de la suspension, surtout sur la roue arrière. De petits garde-boue spécialement conçus pour la fourche se sont popularisés. Ils empêchent la boue et l’eau d’atteindre les parties sensibles comme les joints de fourche – et votre visage.

De nombreux vélos de course ont désormais des œillets discrets pour fixer des garde-boue. Pour les vélos de course dépourvus de ces œillets, il existe des garde-boue légers et profilés dotés de fixations en caoutchouc permettant de les installer sur la fourche et sur la selle. Si vous préférez un look plus sportif, vous pouvez accrocher un garde-boue en plastique sous la selle. Ils ne sont pas aussi efficaces que les garde-boue fixes et complets, mais ils évitent la plupart des éclaboussures et empêchent la mousse de la selle de s’imbiber pendant une averse.

La sécurité sous la pluie

Rouler sous la pluie ou sur des routes mouillées exige un style de conduite plus prudent. Vous pouvez compenser une mauvaise visibilité en équipant votre vélo d’un système d’éclairage puissant et en installant des réflecteurs : il existe un grand nombre de phares à forte luminosité, faciles à installer et fonctionnant avec piles. De plus, les bandes réfléchissantes sur vos vêtements (surtout sur vos pieds) vous aideront à être encore plus visible.

Cependant, rien ne peut remplacer une conduite responsable et sécuritaire par temps humide. Lorsqu’il pleut, vous devez prendre en compte le fait que la route est beaucoup plus glissante que d’habitude. Il faut faire particulièrement attention lorsque vous roulez sur la signalisation au sol, les plaques d’égouts et les pavés. Rouler sur les flaques d’eau peut aussi être dangereux : il est souvent impossible de voir des nids de poule ou d’autres obstacles à travers l’eau.

Protéger de la pluie un vélo stationné

Ce n’est pas seulement le cycliste qui a besoin d’être protégé de la pluie – vos bagages et le vélo lui-même tireront également profit des protections supplémentaires. Les housses spéciales pour sacs à dos et les sacs de vélo permettent non seulement de garder le contenu au sec, mais aussi d’améliorer la visibilité grâce à des couleurs vives et à des surfaces réfléchissantes. Si vous voulez stationner votre vélo quand il pleut, une housse de selle est fortement recommandée. Rien de plus désagréable que de commencer le trajet le derrière mouillé ! Si vous n’avez pas d’endroit sec pour ranger votre vélo, pensez à acheter une bâche ou une housse imperméable à mettre par-dessus.

couvre selle velo

L’entretien de votre vélo après avoir roulé sous la pluie

L’eau est l’ennemi naturel du vélo : elle pénètre dans tous les interstices, retire la graisse des roulements et accélère la corrosion des pièces métalliques. Il est donc particulièrement important de bien entretenir votre vélo si vous roulez régulièrement sous la pluie. Il faut accorder une attention particulière à la chaîne et à la cassette, elles sont en effet particulièrement exposées aux intempéries. Nettoyez la chaîne régulièrement en la tenant à l’aide d’un chiffon enduit de dégraissant et nettoyez la cassette à la brosse pour éliminer tout résidu de boue. Après avoir retiré toute la saleté de la chaîne, il reste à la graisser. Nous vous conseillons d’appliquer une goutte d’huile pour chaîne à l’intérieur de chaque maillon de la chaîne, de déplacer la chaîne de quelques tours de pédales, de laisser agir l’huile durant quelques minutes et, enfin, d’essuyer l’excédent à l’aide d’un chiffon. Plus souvent vous passerez quelques minutes à entretenir votre transmission, plus longtemps les pièces de votre vélo fonctionneront correctement.

Les vêtements de pluie

Les vêtements de pluie au quotidien – Se rendre au travail à vélo

Si le vélo est votre principal moyen de transport quotidien, il est important que vous puissiez vous déplacer même en cas de pluie. Avec l’équipement et les vêtements appropriés, vous pouvez minimiser le temps de préparation et arriver sec au travail. Voici quelques petites astuces afin de vous faciliter la tâche :

      1. Les garde-boue sont peu chers et très efficaces. Ils sont indispensables si vous voulez rouler régulièrement sous la pluie.
      2. Votre trajet domicile-travail ne doit pas être une course, il n’est donc pas nécessaire de disposer d’une douche sur votre lieu de travail. Cependant, un endroit où se changer tranquillement vous facilitera la vie.
      3. Si vous n’avez pas la place de sécher vos vêtements mouillés pendant la journée, apportez des vêtements de rechange si de la pluie est prévue.
      4. Gardez toujours une tenue de rechange sur votre lieu de travail. Si la place manque pour une tenue complète, des chaussettes sèches seront déjà très appréciables.
      5. Même si vous avez froid et que vous êtes mouillé, faites en sorte que cela ne gâche pas votre journée. Rappelez-vous que ce n’est que de l’eau et que tout finira par sécher.

Les ponchos – faciles à utiliser, mais ne sont qu’un compromis

Le plus simple pour rester au sec à vélo, c’est de porter un poncho de pluie. Cela protège efficacement le haut du corps de la pluie, ainsi qu’une partie des jambes L’avantage d’un poncho est que vous pouvez le mettre rapidement sur vos vêtements habituels sans sacrifier votre liberté de mouvement. Cependant, la coupe ample signifie également qu’il flotte facilement par vent fort ou à vitesse élevée, ce qui engendre un effet « parachute ». Les ponchos sont donc plutôt une solution de secours, ou destinée aux cyclistes qui roulent tranquillement.

La veste de pluie – presque indispensable pour les déplacements

Si vous roulez régulièrement à vélo sous la pluie, la veste imperméable est indispensable. Étant donné qu’on roule habituellement plus lentement lors des déplacements que pour faire du sport, on peut privilégier la protection contre la pluie plutôt que la respirabilité. Avant d’acheter, déterminez si vous avez besoin d’une capuche : si vous portez toujours un casque, il vaut probablement mieux opter pour un imperméable sans capuche, associé à un couvre-casque. Les couvre-casques protègent non seulement de la pluie et du vent, mais gardent aussi votre tête au chaud par temps froid. De plus, vous conservez une visibilité complète, alors qu’elle est limitée avec les capuches.

Le pantalon de pluie et le couvre-chaussures – une protection contre les éclaboussures

Il est plus difficile de protéger de la pluie les jambes et les pieds que le haut du corps. Il existe des jeans et des pantalons en twill (tissage) spéciaux recouverts d’un revêtement hydrofuge qui permet à l’eau de s’égoutter. Mais s’il pleut très fort, il vous faudra un pantalon de pluie. Ce type de pantalon comporte des boutons ou des fermetures éclair sur les côtés, ce qui permet de l’enfiler rapidement par dessus vos vêtements normaux. Il faut cependant savoir que l’eau qui ne mouille plus vos jambes de pantalon coulera sur vos chaussures. Si vous décidez d’acheter un pantalon imperméable, pensez à acheter des couvre-chaussures, ou au moins optez pour une paire de chaussures plus résistantes à l’eau. Il existe de nombreux couvre-chaussures aux couleurs très visibles ou recouverts de surfaces réfléchissantes – comme vos pieds sont presque toujours en mouvement lorsque vous faites du vélo, cela améliore également significativement la sécurité.

Les vêtements de pluie pour une pratique sportive du vélo

Pour rouler à vélo normalement au quotidien, vous préférez probablement porter vos vêtements normaux et ne pas faire trop d’efforts pour rester confortablement au sec. Mais lorsque vous roulez avec plus d’énergie, pour le sport ou pour la compétition, il y a d’autres éléments à prendre en compte.

Les vêtements de pluie pour VTT

Les vêtements pour VTT ont généralement une coupe ample afin de permettre une bonne liberté de mouvement. Quand il pleut, une forêt est non seulement humide mais également très boueuse, ce qui pose des difficultés supplémentaires pour les vêtements. Les vêtements de pluie spécialement conçus pour le VTT doivent non seulement résister à la pluie, mais également à la boue, être faciles à laver et robustes.

Les vêtements de pluie pour les vélos de route

Les vêtements de pluie conçus pour le vélo de route ont une coupe aérodynamique : un ajustement plus serré évite au vêtement de flotter et de gaspiller de l’énergie (à cause de la résistance/prise au vent). De plus, ces vêtements doivent être extrêmement respirants – il n’est pas très utile que la pluie glisse sur vous si vous nagez dans votre propre transpiration. L’autre problème avec le vélo de route, c’est le vent froid, qui peut rapidement vous frigorifier lorsque vos vêtements sont trempés de sueur. Décidez de ce qui est le plus important : pour un entraînement intensif ou une course, la respirabilité des vêtements est plus importante que pour les longs trajets moins intensifs où vous transpirez moins.

Les maillots

Les maillots de cyclisme se sont énormément améliorés ces dernières années et de nombreux fabricants proposent maintenant des maillots imperméables et respirants pour toutes les températures. Certains cyclistes utilisent des maillots à manches longues dans des situations jusque-là réservées aux vestes Softshell. Ils sont bien adaptés si on les associe à une bonne couche de base même quand les températures chutent fortement.

maillot cyclisme Bora

Les vestes

Si vous roulez régulièrement par temps froid ou sous la pluie, il vous faut une bonne veste. Les vestes Softshell sont composées de différentes couches et combinent les avantages des polaires et des vestes de pluie. Elles contiennent généralement une membrane respirante et sont suffisantes pour la plupart des sorties sous la pluie.

Les vestes Hardshells sont conçues pour supporter les pires conditions possibles. Si vous n’êtes pas découragé par la perspective de rouler pendant des heures sous la pluie et dans le froid, alors c’est ce qu’il vous faut. En utilisant des tissus et des membranes modernes, les vestes hardshells sont à la fois imperméables et respirantes.

Les vestes qui tiennent dans une poche sont à part. Elles sont non seulement hydrofuges, mais également coupe-vent et peuvent être très précieuses en cas d’orage soudain. Elles sont aussi très pratiques au printemps ou à l’automne, lorsque la température peut varier considérablement. Pour les randonnées en montagne ou sur la côte, où la météo peut changer en un instant, elles sont des compagnes indispensables.

veste pluie vélo

Les shorts pour les randonnées sous la pluie

Les shorts et les pantalons de cyclisme imperméables, conçus pour la pratique du vélo sous la pluie, doivent répondre aux mêmes critères que les vêtements extérieurs, c’est-à-dire qu’ils doivent être isolants et résistants à l’eau. Cependant, l’isolation thermique n’est pas aussi importante que sur le haut du corps, parce que vos jambes sont constamment en mouvement et se réchauffent d’elles-mêmes à travers l’effort. Les propriétés hydrofuges sont particulièrement importantes sur les fesses, car c’est là qu’atterrit l’eau de la roue arrière s’il n’y a pas de garde-boue.

pantalon de pluie velo

Les couvre-chaussures

La plupart des chaussures de vélo de route sont conçues pour les températures estivales, mais peuvent être utilisées presque toute l’année si on les associe à de bon couvre-chaussures vélo et de bonnes chaussettes. Ces fines housses en latex qui protègent contre la pluie et améliorent l’aérodynamique sont idéales pour rouler (bien qu’elles ne soient pas particulièrement durables). Pour les longues randonnées d’entraînement en hiver, il vaut mieux opter pour de solides couvre-chaussures en néoprène qui protègent de l’eau et du froid.

Les couvre-chaussures ne sont pas très adaptées aux vélos tout-terrain, car vous devez descendre de votre vélo plus souvent et vous pouvez les salir en marchant. Il existe un certain nombre de chaussures étanches ou au moins résistantes à l’eau pour le vélo tout terrain, avec lesquelles vous pouvez sans problème marcher dans des flaques de boue.

couvre chaussure velo

Les gants

Les gants de cyclisme sont utiles en cas de pluie, quelle que soit la température : plus il pleut et plus il y a de la boue, et plus le sol est glissant. Avec des gants en cuir synthétique ou des garnitures en caoutchouc, vous garderez toujours le contrôle, même en traversant une flaque de boue profonde dans la forêt. Bon à savoir; les gants imperméables et coupe-vent facilitent également la circulation sanguine dans les doigts.

gants vélo

Les combinaisons de pluie pour VTT

Les combinaisons de pluie (comme la combinaison Endura MT500, sur l’image de droite) offrent une protection maximale pour les randonnées VTT en terrain extrêmement boueux. Elles sont habituellement composées de textile imperméable et comportent de nombreux avantages par rapport aux vêtements de vélo traditionnels : elles empêchent l’eau et la boue de passer à travers vos vêtements entre votre veste et votre short et offres une protection (presque) optimale. Nous conseillons de la nettoyer au jet d’eau après la randonnée.

combinaison intégrale vélo

FAQ

Un vélo risque-t-il de rouiller après une balade sous la pluie ?

Pour faire court, oui. Les vélos ne sont pas faits de sucre et peuvent résister à l’humidité – cependant, beaucoup de leurs pièces sont en acier, qui rouille quand il reste trop longtemps exposé à la pluie. L’aluminium est moins sensible, mais peut aussi se corroder. L’air marin salé ou les routes salées peuvent accélérer le processus de rouille. La chaîne peut être particulièrement sensible ; après une randonnée sous la pluie, vous devez la nettoyer et la re-graisser à l’aide de produits d’entretien pour vélo, afin d’éviter les dégâts permanents. Pour le rangement des vélos, nous vous recommandons un espace abrité et sec ou bien une housse en textile.

Que faire si vous portez des lunettes et souhaitez faire du vélo sous la pluie ?

Paradoxalement, les lunettes rendent souvent plus difficile la vision sous la pluie. Si la pluie s’accumule à l’extérieur ou si l’intérieur s’embue (surtout si vous roulez avec énergie ou par temps frais), elles empêchent une vision nette de la circulation. Les casquettes ou les capuches empêchent les gouttes de pluie d’atteindre vos verres. Les coureurs cyclistes portent souvent des casquettes de coton minimalistes avec une petite visière ; les casques de vélo avec visières sont également populaires. En revanche, il est plus difficile d’éviter la buée sur les verres des lunettes ordinaires, car la buée découle d’un manque de ventilation. De nombreuses lunettes de sport ont des aérations spéciales sur les verres ou les montures. Combinées à un revêtement hydrophile qui permet aux gouttes de glisser, il est beaucoup plus facile de garder une vision nette.

Existe-t-il des pneus spéciaux pour la pluie ?

Oui, presque toutes les entreprises proposent des pneus spéciaux avec une protection améliorée anti-crevaisons pour rouler par mauvais temps. La pluie déplace sur la route de petits éclats de verre et des pierres pointues, ce qui fait que ces débris se collent à vos pneus. Une bande de roulement et des flancs de pneus plus épais, ainsi que des couches protectrices supplémentaires anti-crevaisons empêchent les objets pointus de pénétrer à travers le pneu jusqu’à la chambre à air. Il n’y a aucun problème à rouler avec ces pneus toute l’année, bien que de nombreux cyclistes préfèrent les pneus plus légers et plus rapides pour rouler l’été.

Pour les VTT, il existe des pneus spéciaux avec de très gros crampons pour les sols très boueux. Encore une fois, ils ne sont utiles que si vous roulez beaucoup et que vous souhaitez toujours avoir un équipement optimal.

Conseil Bikester.fr : adoptez une pression légèrement plus basse que d’habitude lorsque vous roulez sous la pluie, cela augmentera la surface en contact avec le sol et donc l’adhérence.

La distance de freinage est-elle plus longue sous la pluie ?

Oui. Si le vélo est équipé de freins à patins conventionnels, le patin de frein mettra un peu plus de temps à faire glisser l’eau de la surface de freinage et à serrer la jante. Cela ne se produit pas avec les freins à disque, et ils sont sans aucun doute le meilleur système de freinage en cas de pluie. Cependant, quels que soient les freins utilisés, tous les pneus perdent en adhérence sur les routes mouillées, ce qui prolonge la distance et le temps de freinage. Soyez donc prudents !

À partir de quand un vêtement est-il considéré comme imperméable ?

Pour tester la perméabilité à l’eau d’un vêtement, on utilise souvent ce qu’on appelle une « colonne d’eau ». Pour la déterminer, un vêtement est soumis à une pression d’eau croissante jusqu’à ce qu’une troisième gouttelette pénètre dans le tissu – la colonne d’eau du vêtement peut alors être mesurée. Suivant les normes employées, les textiles peuvent être imperméables jusqu’à 800 mm (EN 343:2003 Classe 1), 1300 mm (EN 343:2003 Classe 2) ou même 4000 mm (EMPA Suisse). ‘Imperméable’ n’a donc pas le même sens selon la norme utilisée. Heureusement, presque tous les vêtements disponibles sur le marché et qualifiés d’imperméables sont parfaitement suffisants pour un usage quotidien. Si vous voulez porter un vêtement de sport, pensez aussi à sa respirabilité !