DOSSIER NUTRITION

Mythes et vérités quand à l’alimentation du cycliste

Mythes et vérités quand à l’alimentation du cycliste

Ici nous partirons des mythes les plus tenaces sur l’alimentation dans le cyclisme et nous allons les déconstruire. Le but étant de vous donnez les bons conseils, ceux que vous devriez suivre et de vous expliquer pourquoi afin que vous ayez toutes les cartes en main pour décider vous même de quel comportement alimentaire adopter. Lequel est mieux pour votre santé.

Faut-il se gaver de pâtes avant une course ?

Rien de surprenant au fait de vouloir consommer un repas riche en glucides afin de remplir ses réserves de glucides juste avant une course. Toutefois il ne faudrait pas oublier que consommer des glucides et de la graisse est tout aussi important est essentiel pour garantir votre performance. Les plupart des équipes cyclistes ne servent plus de produits à base de blé à leur coureurs, qui contiennent du gluten en excès et qui, comme un gavage de pâtes, peuvent provoquer des troubles intestinaux. Avant une course il faut manger des bons glucides, du riz par exemple, mais accompagné éventuellement d’une viande maigre et de brocoli afin d’avoir les nutriments nécessaires pour garantir une performance maximale.

Devrait-on privilégier les glucides au détriment des protéines dans l’alimentation du cycliste ?

Non, car l’on ne mange que des glucides, notre corps en devient dépendant. Ce qui signifie que si les réserves en glucides sont vides et le taux de glycémie baisse, il devient de plus en plus difficile pour le corps de brûler la graisse.Les graisses seules ne rendent pas gros. Mais trop d’énergie rend gros. La graisse est une matière première essentielle pour la testostérone et autres hormones de croissance qui favorise la régénération des tissus. De plus, la graisse aide à ce que les glucides soient absorbés plus lentement et donc limite le risque de baisse du taux de glycémie. Enfin, un tel régime pourrait causer un état de fatigue inhabituel.

A-t-on le droit de boire du café avant une course ou un entraînement ?

Selon des études récentes, le café est bon pour la santé. Le café avant l’entrainement augmente la vigilance et accroît la performance. Ceci-dit, il vaut veiller à avoir une consommation modérée. S’il l’on boit du café tous les jours, son efficacité baisse.

Le bon vieux müsli est-t-il le repas idéal pour une journée de vélo éreintante ?

Oui ! Un müsli à base de flocons d’avoine cuit (surtout pas crus !) et des fruits apportent suffisamment de glucides. S’il est servit avec des noix, alors il apporte aussi des protéines et des bonnes graisses. Mais attention à remplacer le lait animal (de vache par exemple) par du lait végétal comme du lait de riz ou du lait écrémé car beaucoup de sportifs souffre de problèmes gastriques s’ils consomment du lait avant une compétition.

Que valent les compléments alimentaires spécialement développés pour stimuler la production d’énergie ?

Les barres énergétiques sont un très bon moyen d’augmenter rapidement votre taux de glucides et d’acides aminés. Elles sont facile à manger et la plupart contiennent également des vitamines. Les gels énergétiques contiennent en plus de la caféine et autres stimulants comme des sucres simples. Ces derniers sont à consommer si l’on a pas le temps de croquer dans une barre énergétique et que l’on sent tout à coup son énergie diminuer et ses jambes devenir lourdes. Dans ce cas précis, ces concentrés vont apporter l’énergie nouvelle dont le sportif a besoin.